5 étapes pour rebooster une baisse de moral

5 étapes pour rebooster une baisse de moral

Il nous arrive à tous d’avoir un coup de mou, un moment de découragement, une baisse de moral… et il n’est pas toujours facile de savoir comment réagir, ou de penser aux outils que nous avons pour surmonter ce moment.

5 étapes pour rebooster une baisse de moral

C’est un de ces outils que je souhaite partager avec vous aujourd’hui. Attention, il ne sera pas suffisant en cas de symptôme plus lourd, déprime ou dépression qui nécessiteront un accompagnement plus personnalisé et plus complet. Il s’agit ici de quelques exercices à mettre en œuvre pour retrouver une motivation, un optimisme qui nous permettent de traverser une phase de découragement.

 

Etape 1 – La (re)connaissance – Exercice 1 les listes

C’est une étape en 2 phases.

La première phase est la phase de reconnaissance des symptômes, que vous avez peut être déjà faite si vous lisez cet article.

Il s’agit de repérer dans notre quotidien l’apparition d’éléments inconfortables qui sont le signe d’une baisse de moral. Cela peut concerner une plus grande irritabilité, une plus grande difficulté à dormir, un agacement permanent à propos de toutes les choses qui vont de travers, des symptômes physiques (mal au dos, à la tête…), manque de motivation… Peu importe que vos symptômes soient dans cette liste, ce qui est important c’est que vous sachiez les repérer. Savoir déterminer le niveau « normal » de râlerie, d’un agacement plus constant et plus profond.

Cela vous permet de vous dire, « ah, il se passe quelque chose, il n’est pas dans mes habitudes d’être aussi… ».

Acceptez cette information sans jugement. Votre corps et votre mental vous rendent service en attirant votre attention sur un déséquilibre, une disharmonie. C’est une bonne nouvelle car cela va vous permettre d’agir pour changer les choses.

La 2° phase, c’est la connaissance des émotions.

Pour cette étape, vous avez besoin d’un moment au calme, où en tout cas d’un moment où on ne vienne pas vous déranger. Installez vous confortablement, avec une feuille et un crayon.

Notez les symptômes que vous avez. Quand ils sont apparus, si vous le pouvez. S’il y a une situation ou un élément que vous pouvez rattacher clairement ajoutez les. Commencez par noter les faits : par exemple, j’ai mal au ventre après avoir mangé, j’ai du mal à me réveiller…. Noter tous les détails que vous avez, même ceux qui ne vous semblent pas importants, même ceux qui ne vous semblent pas forcément en rapport.

Ensuite, notez les émotions liées à ces faits et à ces symptômes. Qu’est-ce que ça induit chez moi d’avoir du mal à me réveiller ? De la fatigue (impression de ne pas avoir assez dormi…), de l’incompréhension (pourquoi je n’arrive pas à me réveiller…), de l’appréhension (je vais être fatiguée toute la journée…)… Prenez votre temps, et notez toutes les émotions qui viennent.  Vous pouvez utiliser la liste ci-dessous, faire votre propre liste, ou en chercher une sur internet, peu importe le moyen, ce qui compte c’est de les identifier.

Là aussi, accueillez toutes les émotions. Celles qui vous sont familières ou celles qui le sont moins. Celles qui sont « confortables » car vous les connaissez et celles qui vous semblent trop fortes. Si l’émotion vous entraîne trop loin, reprenez l’étape précédente. Revoyez les faits. Ce qui se passe et quand je ressens cette émotion.

 

Etape 2 – L’acceptation – Exercice 2 la lecture distanciée

L’exercice de l’acceptation a un principe très simple, mais pas si facile à appliquer. C’est aussi un exercice en 2 parties.

Imaginez une personne repère. Quelqu’un que vous connaissez, ou pas. Mais quelqu’un à qui vous auriez envie de confier vos problèmes. Quelqu’un qui saurait les écouter avec bienveillance, et qui vous soutiendrait.

Dans un premier temps, imaginez que vous lui racontez vos symptômes et vos émotions. Factuellement. Dites lui par exemple, « hier je n’ai pas eu le poste que je voulais, ça m’a rendue irritable et désagréable, c’est de cette manière que ma colère s’est exprimée » ou « je ne sais pas ce que je veux faire dans la vie, ça me crée des maux de tête et des idées noires, c’est l’expression de ma frustration et de ma peur »…

Imaginez à chaque phrase quelle réponse elle peut vous faire.

Reprenez ensuite la liste, mais en imaginant que VOUS êtes votre propre personne repère. Pour entendre ce dont vous avez besoin, profondément. Pas un petit mot comme un pansement sur une blessure, mais une acceptation réelle de qui vous êtes et de ce qui vous arrive.

Pour chaque émotion et chaque symptôme, reprenez la liste factuellement, et dites vous cette phrase : « J’ai vu la blessure et la souffrance que cette situation (décrivez là) crée pour moi. J’accepte le message, et j’utilise mes ressources pour la gérer ».

 

Etape 3 – La confiance – Exercice 3 mes joies

Choisissez un espace temps. Celui qui vous convient (la semaine dernière, le mois dernier, l’an dernier, les 5 dernières années, quand vous étiez petit, aujourd’hui…), et notez 5 évènements ou situations qui vous ont amenés de la joie, une joie profonde, de l’énergie et de l’optimisme. Ils peuvent être petits ou grands, ce qui compte ce n’est pas la taille de l’évènement, mais le niveau de joie…

Pour chaque évènement, notez tous les détails que vous retrouvez. A quel endroit ça s’est passé, dans quel cadre, avec qui … puis ce que vous avez ressenti. Vous rappelez vous des signes physiques ? cœur qui bat plus fort, respiration ample…

Quelles sont les émotions positives que vous avez ressenties ? Vous pouvez utiliser la liste ci-dessous, ou en chercher d’autres. Pour chaque évènement, notez toutes les émotions qui s’appliquent.

Lisez toutes ces émotions, en prenant le temps de savourer la mémoire et le fait que vous connaissez ces émotions. Elles sont en vous, et vous pouvez les retrouver.

Cherchez, dans votre vie actuelle, quelles occasions vous pouvez reproduire, trouver ou créer pour ressentir à nouveau ces énergies.

 

Etape 4 – La liberté – Exercice 4 le chemin inverse

Reprenez la liste des émotions de l’exercice 1 et de l’exercice 3. Regardez quelles émotions s’équilibrent.

Par exemple la sérénité équilibre la peur. La délivrance équilibre la douleur. La fierté équilibre l’humiliation. Le désir équilibre l’inutilité…

Pour les émotions négatives qui restent, regardez quelles sont les émotions positives contraires, et réfléchissez à des situations où vous les avez ressenties.

Si ce sont des émotions positives qui restent, gardez-les, elles sont précieuses !

Attachez vous à reconnaître que dans votre complexité d’être humain, vous percevez à la fois le gris et le rose, le positif et le négatif, et choisissez les émotions que vous souhaitez activer. Utilisez-les quand vous en avez besoin. Créez des occasions de les vivre à nouveau, ou d’en vivre d’autres.

 

Etape 5 – La sérénité – Exercice 5 mes 3 énergies quotidiennes

Enthousiasme, énergie, sérénité.

C’est un exercice que vous pouvez réaliser aussi longtemps et aussi souvent que nécessaire. Lorsque le moral est bas, une fois par jour est un bon rythme, lorsqu’il remonte, vous pouvez baisser le rythme ou arrêter l’exercice, mais vous pouvez aussi continuer, on n’a jamais trop d’énergies !

Chaque jour donc, faites la liste de 3 moments ou vous avez reçu une des ces émotions : enthousiasme, énergie, sérénité. Si possible, un moment par émotion pour un meilleur équilibre.

Savourez ces moments, et travaillez à les reproduire quand vous en avez besoin. A jalonner votre vie de petits bonheurs. Ce sont les petites rivières qui finissent par créer des fleuves….

J’espère que cet article vous a été utile, n’hésitez pas à me laisser un message pour me faire part de votre avis !

Crédits photos : Yllaé Sandrine Besson, Pixabay

 

Inscrivez vous pour recevoir le bonus gratuit "Petit guide pratique de la vie sur Terre"

* Champs à compléter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

34 Partages
Partagez26
Partagez2
Enregistrer5
+11
Tweetez