Pourquoi sommes nous aussi nombreux à ne pas savoir où est notre place dans la société ?

Pourquoi sommes nous aussi nombreux à ne pas savoir où est notre place dans la société ?

L’idée de cet article m’est tombée dessus ce matin, alors que je préparais un atelier d’initiation au Feng Shui. En réfléchissant aux différentes formes de cette discipline, et à une des ses branches extrêmement simplifiée, je me suis rendue compte que le Feng Shui occidental est à l’image de notre société.

Une société où tout le monde veut tout, et tout le temps. De préférence sans effort.

Mais l’origine de cette dérive, c’est une incompréhension fondamentale.

 

L’égalité, une utopie fondatrice incomplète

Les sociétés occidentales, et en particulier la société française qui l’a d’ailleurs inscrite dans sa devise nationale, ont élevé au rang de dogme la notion d’égalité.

Entendons nous bien, lorsque cette devise est née, une marche en avant était nécessaire et inévitable. De même que pour l’ensemble des combats passés et en cours pour la suppression des inégalités.

L’erreur de départ a été de croire que pour supprimer les inégalités, il fallait imposer l’égalité.

Lorsqu’on regarde le futur souhaité, et que la fin des inégalités et des mauvais traitements est un rêve, une utopie, ou un objectif lointain, il est nécessaire et indispensable d’avoir une direction à suivre.

Mais lorsqu’on atteint le point où ce futur va se réaliser, ou en tout cas le point de bascule où les choses commencent à changer, il est nécessaire d’avoir une lecture à la fois plus détaillée, plus réaliste et plus idéaliste.

C’est là que s’est glissée l’erreur, et elle est toujours là, des centaines d’années après, et alors que les choses se sont beaucoup améliorées.

En France les enfants ne travaillent plus dans les usines ou les champs. Les travailleurs ont des congés payés, la sécurité sociale et la retraite.

Sommes-nous plus heureux ?

Si on prend les critères du bien être subjectifs, qui permettent de quantifier ce qui forme nos bonheurs individuels, un certain nombre de points se sont améliorés.

Mais pourquoi alors ne sommes-nous pas entièrement et complètement heureux ?

Pourquoi la société va-t-elle aussi mal ?

Pourquoi certains sont ils à la rue, malheureux au travail, ou pétris de peurs à propos de la sécurité routière, de l’immigration ou de leur santé …. ? Ou plus simplement pourquoi sommes nous si nombreux à ne pas savoir pourquoi nous sommes là, et que faire de notre vie !

Yllae égalité utopie fondatrice incomplète 

La différence entre égalité et équité

J’en ai déjà parlé en passant dans certains articles, car c’est un élément primordial pour moi, mais je n’avais jamais avant ce matin mesuré l’impact de cette seule idée sur le mal être de notre société et de chacun d’entre nous.

L’égalité, qu’est-ce que c’est ?

L’égalité, c’est donner les mêmes chances à chacun.

Et l’équité alors, c’est quoi ?

L’équité, c’est donner à chacun ce dont il a besoin.

L’égalité, c’est donner des chaussures taille 42 à tout le monde. L’équité, c’est donner la taille qui convient à celui qui va porter les chaussures.

L’égalité, c’est le collège unique pour tous. L’équité, c’est que chacun puisse avoir la chance d’apprendre et de se construire avec une méthode qui lui convient.

L’égalité, c’est que tout le monde mange la même chose et la même quantité. L’équité, c’est que chacun ait le repas dont il a besoin, en qualité et en quantité.

 

Les dérives de l’égalité

En écrivant cet article, je mesure que le choix de l’égalité a été fait à des moments de notre histoire humaine où les différences de traitement entre les hommes étaient extrêmes (esclavage, discrimination…). Il était alors absolument nécessaire de commencer par définir ce socle d’égalité de traitement.

Ce travail d’égalité n’est pas fini, et ce doit être une préoccupation quotidienne, mais il a eu des conséquences inattendues.

Car le problème de l’égalité, c’est que dans certains cas, il laisse les gens de côté. Et ici, dans notre société, de plus en plus.

Car le système égalitaire (même santé, même école, même travail….) est forcément construit sur un cadre défini. Et ce cadre par définition, ne correspond pas à tout le monde. Il est bien pour ceux qui l’ont construit, et qui pensent (c’est le dogme de l’égalité) que tout le monde est comme eux. Ce n’est ni de la mauvaise foi, ni une volonté de nuire, mais simplement une erreur de point de vue et de recul sur la situation.

Quelles conséquences ?

Une démotivation, une démoralisation, et une déresponsabilisation. Pour tous.

Ceux qui sont bien dans le cadre sont déresponsabilisés car le cadre est là pour leur dire quoi faire. Et ils sont démoralisés car ils se rendent bien compte tout de même, que cela ne fonctionne pas pour tout le monde, mais sans trouver de réponse adaptée dans le cadre…

Ceux pour qui le cadre est inadapté sont démotivés, car quoi qu’ils fassent, ils n’arrivent pas à s’adapter au cadre au-delà d’une certaine mesure.

Vous ajoutez une dose de peurs (de sortir du cadre, où que quelqu’un prenne votre place), et une dose d’envie (pourquoi sont ils dans le cadre et pas moi), des problèmes de confiance en soi, de la méfiance envers les autres…

Voulez-vous le plus grave ?

C’est que si vous intervertissez ces 2 groupes, le problème reste identique. Car le 2° groupe va changer la forme et les limites du cadre, mais s’ils ne gardent que le principe de l’égalité (et la probabilité qu’ils le fassent est importante, puisque c’est écrit dans la constitution !), le problème sera seulement inversé. Et c’est le 1er groupe qui ne saura plus où est sa place.

Je viens de parler des dérives de l’égalité. Mais les dérives de l’équité sont aussi dangereuses. Ce sont elles qui étaient en place auparavant. La ségrégation par exemple, ou les dérives totalitaires ou financières sont de bons exemples de ce que donne une équité dévoyée, et ce n’est pas beau à voir.

Yllae égalité-équité déséquilibrées

Quel impact sur nous ?

On tombe dans le mécanisme pervers qui nous pousse à vouloir entrer dans le cadre pour en avoir les attributs visibles de profit, plutôt que de chercher notre bien être et notre bonheur individuel…, faute de quoi on se sent rejeté par la société ou inadapté à la société.

Puis, lorsque nous commençons à travailler sur notre place ici, et sur notre développement personnel, nous commençons à prendre conscience de tous ces éléments. Mais il est parfois encore plus difficile de trouver / prendre sa place, quelle qu’ait été la précédente, tant que nous ne comprenons pas quel mécanisme nous a conduit là, et comment agir autrement…

 

La complémentarité entre égalité et équité

Pour avoir une chance de changer tout ça, il faut prendre en compte la complémentarité entre ces 2 idées d’égalité et d’équité :

L’égalité est une condition nécessaire à la bonne marche de la société, mais elle n’est pas suffisante.

L’équité est une condition nécessaire au bon fonctionnement de la société, mais elle n’est pas suffisante.

Par contre si nous combinons les 2 (et sur tous les niveaux), nous avons un système équitable et qui permet à chacun de trouver sa place :

Tout le monde peut avoir des chaussures (égalité), et chacun choisira la taille qui lui convient (équité).

Tout le monde peut aller à l’école (égalité), mais chacun est libre de choisir comment les enseignements lui seront le plus profitable (équité).

Tout le monde a le droit de manger à sa faim (égalité), avec la quantité dont il a besoin (équité).

Yllaé équilibre égalité-équité

Qu’est-ce que cela nous donne ?

Une nouvelle vision du monde.

Une vision où nous sommes plus forts ensemble que divisés. Que mes forces ne sont pas les mêmes que les vôtres et que c’est très bien comme ça. Que cela nous permet d’être plus efficaces et plus heureux, car chacun a sa place.

Une vision où nous sommes tous uniques et irremplaçables, mais pas indispensables. Si je ne suis pas là, les choses se feront quand même. Différemment. A votre manière.

Un monde où je suis libre d’être moi-même, pour que vous ayez la même liberté.

 

Comment agir à mon niveau ?

Pour terminer cet article, je vous propose un exercice de prise de conscience que vous pouvez faire chez vous, tranquillement, et qui vous aidera à y voir plus clair dans votre vie.

Prenez quelques feuilles de papier et 3 crayons de couleur différente.

Je vous conseille de le faire à la main, car l‘imprégnation et le ressenti seront plus profonds. Le faire sur informatique ou en dématérialisé met déjà un filtre entre ce que vous ressentez et ce que vous exprimez.

Sur une feuille, notez en gros et en titre, le problème ou la partie de votre vie que vous voulez examiner. Par exemple « projet professionnel », « déménagement », « choix orientation scolaire Jules », « problème de santé »…

Ensuite, notez sur chaque ligne une partie du problème, en laissant de la place pour les commentaires entre chaque phrase.

Yllae égalité-équité exercice
Exemple de feuille d’exercice complétée

Une fois la liste terminée, prenez les 2 autres crayons de couleur, et noter avec l’un égalité en haut de la feuille, et avec l’autre équité. Puis, pour chaque phrase, regardez ce qui correspond à l’égalité (j’ai une place, ma place, qui n’appartient qu’à moi…), et ce qui appartient à l’équité (je suis une personne unique, avec mes forces et mes faiblesses…).

Soulignez avec le couleur appropriée chaque partie de phrase, et notez en dessous les commentaires positifs ou à améliorer, avec ce que vous pouvez modifier pour rétablir ou compléter l’équilibre.

A la fin, notez en bas de la feuille, pour chaque terme (égalité et équité), quel est l’enseignement général qui ressort de l’exercice. Cela met en lumière un (ou plusieurs) élément(s), à vous maintenant de l(es)’utiliser !

Yllaé égalité-équité-liberté

Crédits photos : Yllaé Sandrine Besson, Pixabay

Inscrivez vous pour recevoir le bonus gratuit "Petit guide pratique de la vie sur Terre"

* Champs à compléter
Recherches utilisées pour trouver cet article :besson chaussures en ligne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

54 Partages
Partagez51
Partagez3
Enregistrer
+1
Tweetez