REGARDS CROISES  SUR LES 5 ELEMENTS – LE FEU

REGARDS CROISES  SUR LES 5 ELEMENTS – LE FEU

Cet article est le troisième de la série intitulée « Regards croisés sur les 5 éléments ». Vous pouvez trouver les précédents ici, si vous ne les avez pas lus : le métal, l’eau et le bois.

La médecine chinoise considère que le cycle des 5 éléments commence avec le Bois. Si vous suivez ces regards croisés depuis le début, vous aurez remarqué que l’ordre suivi est différent. Il suit à la fois mon cheminement personnel, car je sens bien que chacun de ces articles m’emmène un peu plus loin dans ce voyage vers moi-même, mais aussi, à quelques semaines près, l’évolution des saisons. Pour les chinois en effet, l’automne est la saison du métal, d’août à octobre, puis l’hiver la saison de l’eau, de novembre à janvier, le bois prend la suite, avec le printemps, de février à avril, et l’été arrive enfin, avec le feu, de mai à juillet.

Cet article sur le Feu arrive donc à point nommé pour nous permettre de mettre nos idées en ordre pour l’arrivée de l’été chinois, dans quelques semaines.

Comme les précédents, cet article est plus long que d’habitude, pour laisser un espace d’expression libre à chaque intervenant. Vous y trouverez dans l’ordre : les mondes subtils (Au-delà du visible), la richesse de la matière (Artiste / Artisan), la complexité du corps (Médecine Traditionnelle Chinoise),  l’immensité de l’espace (Feng Shui) et la connaissance du ciel (astrologie chinoise Ba Zi).

Yllae FEU intervenants

Cet article comprend 5 intervenantes. Je vous les présente en quelques mots, avant de vous laisser découvrir leur vision des 5 éléments :

Les mondes subtils – Au-delà du visible : Ciope

La richesse de la matière – Artiste / Artisan : Marie Noëlle Guyot, plasticienne, fondatrice et animatrice des ateliers Créavie

La complexité du corps – Médecine Traditionnelle Chinoise : Catherine Marion, thérapeute en Médecine Chinoise à Moulins

L’immensité de l’espace – Feng Shui : Sandrine Besson, créatrice et révélatrice d’harmonie, bloggeuse

La connaissance du ciel – Astrologie chinoise Ba Zi : Adèle Dionne, formatrice et consultante en Feng Shui Traditionnel

FEU – Les mondes subtils– Au-delà du visible

Par Ciope

« Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le Feu nous apprend la tempérance.

Le Feu c’est la beauté de la flamme. Celle qui nous éclaire. Celle qui nous réchauffe. Celle qui nous montre le monde sous un nouveau jour, plus confortable, plus rassurant.

La clarté du Feu éloigne nos peurs et nous montre l’autre face des ténèbres. Car le Feu sait que l’ombre et la lumière sont les deux faces d’une même réalité.

Vous ne voyez pas l’une sans l’autre, car elles sont indissociables, à jamais unies dans l’aspect extérieur du monde, comme dans son intimité.

Ceux qui se sont un jour brûlé à une flamme savent combien la limite entre la clarté du Feu et sa dangerosité est fine. Il suffit de si peu de choses pour que tout bascule. Car l’impétuosité du Feu est impressionnante lorsque les conditions sont réunies. Le Feu qui nous chauffait si bien il y a encore quelques heures est devenu une fournaise insupportable et dangereuse.

Alors les peurs reviennent. Elles ne sont plus écartées par la chaleur de la flamme, mais au contraire bouillonnent à mesure que la température augmente.

Contrairement à ce que vous croyez, le Feu n’est pas une énergie folle qui part à l’aventure, seule et irresponsable. Le Feu ne s’occupe que des autres. Il s’appuie sur ce qui l’entoure. Il observe l’espace, il analyse. Il joue en équipe.

Posez une petite flamme sur un rocher, loin de tout. Elle brûlera, sage et lumineuse, tant qu’elle le pourra.

Ce n’est pas elle qui se met en colère lorsque le vent la porte en forêt, c’est vous qui n’avez pas su voir l’environnement tel qu’il était. Le Feu nous apprend à voir, clairement, ce qui est. Sans peur et sans jugement. Prendre le temps d’observer autour de nous, de regarder réellement cette terre qui nous porte, les plantes et les arbres qui nous nourrissent, les autres êtres qui vivent sur cette planète… mais aussi prendre le temps de regarder à l’intérieur de nous. Qui nous sommes. Comment nous vivons. Quel est l’équilibre que nous construisons jour après jour.

Le Feu nous enseigne que nous sommes puissants au-delà de ce que nous pouvons imaginer. Chacun d’entre nous. Une puissance que nous puisons à l’intérieur, au plus profond de notre être de chair, là où se rencontrent notre moi physique, concret, « pesant », et notre moi subtil, aérien, rêveur. Une puissance que nous pouvons canaliser, utiliser, dont la force nous servira, tant que nous l’utiliserons avec tempérance et clairvoyance.

Mais cette force immense peut aussi devenir brutale, si nous ne savons pas voir les conditions dans lesquelles elle se déploie. Si notre vision est faussée, masquée par des illusions, la force n’a plus de limite. Elle se déverse dans un flot continu et indomptable, au risque de blesser autour d’elle.

Le Feu illumine le monde et nous montre que nous jouons en équipe d’abord avec nous-mêmes. Soyons tempérés dans nos actions. Pas par peur d’agir, mais par connaissance des risques. Je sais que j’ai en moi la plus grande force qui existe.

Cela me donne aussi la responsabilité de mes actes et de la puissance que je libère.

La tempérance, c’est savoir où est le fil du rasoir, et de quel côté je me situe. Beaucoup disent que l’erreur est humaine, et garder la liberté d’agir et de se tromper est nécessaire, mais l’important ici, est d’apprendre de ces erreurs, et de ne pas les reproduire, par ignorance ou par peur.

Ne nous privons pas de la beauté du Feu, par peur de notre ignorance. Apprenons avec lui à vivre avec le danger, en conscience, avec la certitude que les outils dont nous disposons sont suffisants pour garder l’équilibre.

Mais soyez vigilants, car cet équilibre est une construction perpétuelle, et il ne s’agit pas d’arriver haut et de se dire que tout est fait. Chaque jour qui passe, chaque minute et chaque seconde même, nous demande à nouveau de travailler à cet équilibre entre l’ombre et la lumière, toutes deux nécessaires, avec tempérance.

 

FEU – La richesse de la matière – Artiste / Artisan

Rencontre avec Marie Noëlle Guyot, plasticienne

Yllae FEU Marie Noelle Guyot visuels 1

Marie Noëlle, en complément de son travail de plasticienne qui l’emmène à la rencontre des formes et des couleurs, est la fondatrice de la méthode Créavie, qui mêle son expérience des arts plastiques à sa recherche du sens profond de la vie, par des retraites spirituelles, et une démarche personnelle très poussée.

Cette méthode, qu’elle définit comme un yoga de la créativité, l’accompagne à chaque instant de sa vie, que ce soit dans la création artistique comme dans les activités quotidiennes, le contact avec l’autre… Il ne s’agit pas d’une posture temporaire qu’on poserait comme un vêtement lorsqu’elle devient trop lourde, mais au contraire d’une manière d’appréhender le monde qui prend place en nous, comme une nouvelle habitude qu’on ne sait plus dissocier de nos réflexes primaires comme la respiration ou le mouvement tellement l’imprégnation est profonde et évidente. Un regard plus clair, bienveillant mais sans concession sur ce qui est, et notre potentiel d’action et de transformation.  

Comme chaque nouvelle habitude, entrer en Créavie ne se fait pas sur un coup de tête ou à la va vite. Entrer dans l’univers de Marie Noëlle est facile, évident. L’expressivité de ses œuvres est là. Immédiate, présente, colorée. Un univers à part entière qui nous attend dès qu’on passe le seuil de l’atelier. Si vous manquez de temps, achetez un tableau ou un objet. Vous aurez un condensé de ces énergies, et nul doute que l’objet qui vous plaira sera celui dont vous avez besoin à ce moment là. Mais si vous voulez allez plus loin, il faut prendre le temps de faire les choses. Le temps de l’apprentissage. Celui de la découverte. Celui de l’introspection, aussi. L’enseignement de Marie Noëlle et des ateliers Créavie a pour objectif de nous faire découvrir les qualités des 5 éléments d’après la tradition du bouddhisme himalayen (Terre, Eau, Feu, Air et Espace) et de nous amener à une prise de conscience lumineuse sur la base de cet enseignement afin d’accéder à l’équilibre intime du cœur-esprit.

Vous êtes peut être surpris de trouver une référence aux 5 éléments bouddhistes dans un article consacré aux 5 éléments chinois (Métal, Eau, Bois, Feu et Terre), mais ces enseignements sont complémentaires et enrichissants. Marie Noëlle m’a fait le plaisir d’accepter de me parler du Feu, très présent chez elle, et dans sa pratique. Je lui laisse la parole :

Yllae FEU Marie Noelle Guyot visuels 2

« Le Feu c’est l’énergie et la chaleur de l’enthousiasme.

Il est aussi intimement lié au mécanisme de la vision. Je distingue deux formes de vision. La vision extérieure, c’est ce qui est vu par l’intermédiaire de l’organe de la vue, les yeux, le côté mécanique, intimement lié à la qualité de l’organe de la vue. Si on a une mauvaise vue, la qualité de ce qui sera vu sera altérée. Quand on expérimente un état de présence focalisé sur ce qui est vu, la chaleur du souffle Feu peut se lever en nous et s’intensifier.

La vision intérieure, intimement liée au feu intérieur, est plus subtile, plus large, plus directe, plus ouvrante et consciente  des interrelations entre celui qui voit et ce qui est vu. L’expérimentateur vit en conscience tout le déroulé de l’expérience plastique puis devient témoin spacieux de l’ensemble.

C’est à ce moment là qu’on se rend compte que ce qui est vu est étroitement lié à ce que nous pouvons penser et à ce que nous pensons de la chose vue. Dès qu’on commence à voir les interrelations, la découverte est immense on découvre que chacun a sa version du monde et chacun sa vérité.

Là ou ça devient intéressant, c’est qu’avec l’énergie du Feu et le pouvoir de la transformation, on a la capacité de désolidifier nos perceptions, nos points figés et donc de transformer la qualité de notre vision. La prise de conscience des interrelations est le premier pas de la transformation. Il s’agit ensuite d’avoir la vision ouverte de ce qu’on peut actionner pour transformer ce qui doit l’être.

Plus j’élargirai le point de vue intérieur, du cœur esprit ou de l’esprit cœur comme j’aime à le dire, et plus l’expérience devient subtile.

Tout le monde fait des expériences, mais moins nombreux sont ceux qui en reconnaissent le sens profond. C’est là qu’étudier est important afin de reconnaître la qualité de l’énergie manifestée lors de chaque expérience d’une façon très directe sans passer par le mental.

Lorsqu’on s’affranchit des entraves du temps, de l’espace, du monde duel, qu’on expérimente l’indifférenciation entre ce qui est vu et celui qui voit, un état de perception qui s’affranchit du cadre du beau et du laid, la conscience s’élargit toujours davantage, et n’est plus limitée par « l’ego moi » s’appropriant ce qui est vu.

Expérimenter l’énergie du Feu, c’est expérimenter  la vision, puis la transformation. On peut ensuite cultiver les aspects sains de cette énergie avec enthousiasme et bonheur en faisant rayonner les qualités du cœur-esprit liées à  cette énergie.

C’est important de voir, de sentir, de reconnaître comment se lèvent en nous les différentes énergies, pour actionner notre pouvoir de transformation et amener dans notre vie plus de qualités rayonnantes, pour notre propre bien et celui d’autrui.

L’énergie Feu se lève dès que la vision devient intense, et cette intensité Feu nous amène à être de plus en plus présents. Cette énergie de focalisation et de transformation est très chaleureuse au niveau du cœur, et mène au bonheur du potentiel (je peux). C’est à ce moment là que la joie générée par l’élément eau (sensations) se transmute en enthousiasme, une énergie très forte, très chaude, très rayonnante, cette énergie extraordinaire qui lève les montagnes. (Remarquons que dans l’éthymologie du mot enthousiasme, il y a theo, dieu).

Voilà ce que j’ai essayé de transmettre et de partager dans la méthode CréaVie.

Comment ça se passe quand je travaille ? :

Dans tous mes voyages au cœur de l’expérience je m’entraine à explorer ces cinq énergies en séries limitées en décomposant 5 séquences actions.

Première action : je pars d’un geste dynamique, vital, rapide, sans compromis. J’organise des lignes forces dans l’espace que je me suis imparti. Je me laisse inspirer par l’outil, les couleurs acryliques du jour, la technique du moment. Je compose une trame chromatique en résonance ou en dissonances, je rythme le jeu en intercalant des silences, des échos ou des réciproques, puis je prends du recul sur toute la série. Quelquefois une intuition poétique donne l’impulsion à la série, d’autres fois je démarre sans intention particulière, ça dépend des jours.

Deuxième action : Je prends du recul, pour développer une vision claire et lucide sur ce qui est vu, je développe une vision ample et vaste sur ce qui est, tel quel, sans jugement. Je trie, je dégage les récurrences, les pistes fécondes. Je m’attarde avec une attention soutenue sur les évènements fortuits, inattendus, les bizarreries. Je m’ouvre davantage, je me dégage de ça c’est bon, ça c’est pas bon. Il est parfois intéressant de faire 3 tris : ce qu’on n’aime pas du tout (rien d’inspirant dans ces pistes là), ce qui est plutôt neutre, et ce qui nous semble porteur (les pistes fécondes), puis on voit sur quelle piste repartir.

Troisième action : Je vois autrement. Temps de recul, d’attente, jusqu’à ce qu’une nouvelle vision claire s’impose, et qu’elle impose un nouvel élan pour insuffler une nouvelle direction. Il y a peu de mouvement, c’est une attention soutenue. Etre ouvert à tout ce qui peut inspirer le projet, sans rien censurer. Dans cette action de voir autrement, j’appelle l’énergie de l’eau, pour aller profondément en moi, et féconder l’énergie créatrice. L’énergie du Feu c’est bien mais toutes les énergies sont interdépendantes et se complètent.

Même si l’énergie du Feu domine dans mon tempérament, je ne peux pas me passer de celle de l’Eau, de l’Air, de la Terre ou de l’Espace. Voir autrement appelle aussi les forces de l’Espace, prendre le temps et l’espace nécessaires pour s’ouvrir toujours davantage.

Quatrième action : Je transforme tout ce qui doit l’être avant de démarrer un nouveau cycle d’expérience. J’attends jusqu’à ressentir l’énergie d’un nouvel élan. Malgré l’envie de me lancer rapidement dans l’expérience, je patiente, j’attends qu’une énergie chaude et enthousiaste monte en moi. Je ne fais rien tant que je suis tiède, je laisse le temps en suspens, je garde le suspense.  J’aime les temps d’arrêt, pour la vision, et pour laisser féconder les choses, avant de passer à l’étape de la transformation plus active.

Cinquième action : je m’intériorise et je prends à nouveau du recul. Je regarde et me demande si je suis parvenue à mettre en lien cette expérience avec mon souhait intérieur du cœur-esprit, plus large que l’expérience du moment. Suis-je parvenue à m’allier les forces intérieures d’aspiration (élément Air), à les mettre en mouvement et à intelliger la situation? Ai-je réussi à laisser féconder l’instant créatif par les forces de l’Eau ? A concrétiser (élément Terre) une expérience valide ?

Quand je peins, je n’essaie pas de peindre quelque chose d’extérieur, c’est toujours la concrétisation d’une expérience intérieure. Je rends visible quelque chose qui est en train de se dérouler au plus profond de moi-même. Et parfois je suis surprise, je fais des choses, et c’est après coup que je réalise ce qui se passe. Parfois c’est tout de suite, d’autres fois c’est après, ou avant ou pas du tout. Rien n’est figé, mais quand on connaît bien les mécanismes, il y a la joie de se laisser surprendre par l’inconnu. Plus j’avance, et plus j’aime les surprises.

Dans le Feu, il y a aussi l’idée d’oser. La force du Feu est telle, qu’on peut s’affranchir du connu, qu’on est curieux d’explorer des voies inattendues.

Ce n’est pas le résultat qui compte, mais les forces vivantes mises en mouvement, et la conscience que nous en avons. Je dis souvent aux personnes qui débutent ce travail, on va oser faire sans penser au résultat, aller au-delà de nos peurs, tels que nous sommes. C’est accepter de ressentir la peur, d’aller de l’avant, de s’en affranchir afin de libérer nos cinq énergies fondamentales. Cependant pour y parvenir vraiment, il faudra s’y entraîner avec assiduité.  Trop de personnes sont arrêtées par le perfectionnisme qui voudrait que  l’œuvre soit finie avant d’être faite. Le miroir de nos expériences peut également nous refléter nos aspects moins agréables de soi et freiner l’authenticité de la dynamique de création. Ne craignons pas de lâcher nos perceptions erronées  et de nous ouvrir toujours davantage aux forces de l’Espace.

Je remarque que ces cinq séquences se transposent allègrement dans la matière du réel de mon quotidien, et c’est heureux parce que je n’imagine pas qu’il puisse y avoir de dissociation entre ce que j’expérimente des qualités du cœur-esprit dans mon atelier et dans mon quotidien, dans mes relations à l’autre, ma cuisine…

Tout est terrain extraordinaire d’expérience.

Il m’est important de sentir que tout est profondément relié (Elément Air), que tout ce que je découvre dans la méditation en action avec les arts plastiques ou dans la méditation assise trouve son application dans l’ensemble de ma vie et me rend toujours plus vivante.« 

Un grand merci à Marie Noëlle pour son enseignement, son partage  et sa disponibilité. Si cet article vous donne envie d’en savoir plus sur son travail ou ses ateliers retrouvez la sur sa page Facebook Marie Noëlle Guyot plasticienne.

Yllae FEU Marie Noelle Guyot visuels 3

 

FEU – La complexité du corps – Médecine Traditionnelle Chinoise

Par Catherine Marion, thérapeute  en Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) à Moulins

LE FEU, 2ème élément dans le cycle des 5 éléments

A la veille de l’été, nous terminons ce joli feuilleton proposé par Sandrine Besson. Commencé à l’automne, suivant la progression des énergies saisonnières, nous traiterons aujourd’hui de l’élément FEU.

 Le FEU dans la théorie des 5 éléments

Petit rappel en clôture :

  • cycle horaire du passage énergétique tout au long de la journée (cycle circadien)
  • cycle saisonnier qui nous permet de comprendre oh combien l’énergie du bois est puissante pour faire sortir les germes de terre après leur long sommeil hivernal et oh combien le FEU de la maturation va devoir assurer afin que les récoltes soient prospères à l’automne …

Yllae MTC cercle circadien

Le FEU anime le COEUR et son entraille l’INTESTIN GRELE.

Cœur et Intestin grêle sont le creuset de notre vie émotionnelle ; on le sait depuis peu « scientifiquement parlant » mais la médecine chinoise le sait depuis 5000 ans. La perception des émotions se fait au niveau de l’intestin grêle pudiquement nommé « notre 2ème cerveau », riche de bien plus de neurones que notre cerveau. Les maux de ventre trouvent ici leur explication lorsqu’ils accompagnent des épreuves de la vie.

Le FEU culmine à midi (dans chacune de nos journées) et durant notre ETE CALENDAIRE.

La chaleur du Feu porte à maturation, réchauffe la terre, fait murir ses fruits, porte nos productions maraichères et arboricoles au pinacle.

Dans notre CORPS, le FEU nourrit notre vie mais trop de feu la met en péril.

Comme la nature est bien faite, le Feu physiologique du Cœur maintient la température corporelle et donne la chaleur nécessaire au métabolisme.

Pathologique, il est tempéré, sa vie durant, par l’eau des Reins pour éviter des incidents irréversibles. Car, quand le COEUR empereur est affecté, la vie peut vaciller.

Dans les grandes pathologies, nous pourrons noter :

  • Palpitations, AVC, troubles de la Vue et migraines (car souvent Foie et VB sont concernés), agitation, insomnies, hystérie….
  • Les remèdes
    • Bien nourrir ses REINS afin qu’ils rafraîchissent suffisamment le cœur (aliments noirs, coquillages, crevettes, sel naturel sans excès…)
    • Consommer des aliments de saveur amère : endive, chocolat noir, café, chicorée, … ; cette saveur freinant la montée de la chaleur dans le haut du corps
    • Se rafraîchir le corps (sans choc thermique au risque de convulsions)

 Yllae FEU MTC aliments amers

La saveur du FEU

C’est l’AMER. Elle aide le feu à ne pas se rependre : le feu monte, l’amer fait descendre la chaleur toxique.

L’émotion du FEU

Si le cœur est en JOIE, tout peut très bien aller. Par contre une forte émotion positive (une naissance inattendue et très longtemps espérée, un gain matériel important, le retour d’un enfant ou ami perdu de vue…), l’hystérie entrainent une montée de chaleur sur le cœur, appelée « FEU DU COEUR » et les ennuis – souvent irréversibles ou-et lourds de séquelles – apparaissent brutalement.

La couleur du FEU

C’est symboliquement le rouge et toutes les déclinaisons de l’orange… De ce fait, les aliments bourrés d’anti oxydants (fruits rouges, poivrons, carottes, betteraves, …) seront bénéfiques pour notre cœur. Tous ces petits végétaux colorés propres à l’été sont excellents pour notre cœur…, et notre santé. « Ecoutons les saisons, ce sont elles qui ont raison… pas les marketeurs ! »

Yllae MTC feu fruits rouges

Que nous dit l’élément FEU sur notre santé ?

Comment en quelques mots, exposer au grand public, ce que cette approche ancestrale de plus en plus courtisée de nos jours, apporte au diagnostic ?

Dans le cadre du 1er long échange patient/praticien (1H30-2H) qui précède l’établissement du diagnostic, émergent les causes possibles du déséquilibre l’ayant amené à consulter.

Nous noterons des maux en lien avec le FEU si nous compilons des informations telles que :

  • Palpitations sans effort ou sans cause physique apparente
  • Essoufflement avec effort
  • Urines impérieuses de plus en plus fréquentes
  • Sommeil très agité
  • Céphalées battantes
  • Visage pâle
  • Fatigue incompréhensible
  • Frilosité constante
  • Oppression dans la poitrine

Dans la plupart des cas, l’EMOTION est la cause sous-jacente des désordres constatés.

Comment peut-on éviter ou soigner les maladies du FEU dès leur apparition ?

J’ai, à tort, orienté mon propos sur le cœur.

Derrière le FEU, se trouve la CANICULE verbatim familièrement utilisé pour le feu pathologique. Ce feu peut être interne ou externe.

  • INTERNE, il résulte d’un process organique et émotionnel (émotionnel et organique). Il peut naître d’un excès ou d’une déficience (Vide de Yin, Vide de liquides organiques, Vide de sang…)
  • EXTERNE, il est climatique, environnemental.

En effet, le FEU PATHOLOGIQUE touche tous les organes et leurs complices les entrailles :

  • Feu du FOIE = montée exacerbée du yang du foie créant principalement céphalées du vertex, troubles oculaires (yeux rouges et larmoyants), mais aussi « en tant que mère du cœur » on trouve des impacts sur le Cœur (montée du yang, feu du cœur). Humeur irritable, Agitation verbale …
  • Feu de l’ESTOMAC = un vide de Yin (liquides organiques ou une alimentation de nature trop chaude, ou de saveurs acide ou piquante) peuvent impacter notre estomac entrainant des remontées gastriques acides, forte soif insatiable, des ulcères, des douleurs vives lors de l’ingestion-digestion des repas, … voire, par méridien interposé des céphalées frontales
  • Au niveau de la RATE, chaleur de SANG oblige …. On peut avoir des hémorragies / épistaxis, sang dans les urines, varices, …
  • Feu du POUMON même si on parle plutôt de sécheresse pour cet organe : peau sèche, toux, selles sèches, … Associé à l’humidité interne/externe, le feu déclenche des bronchites, des colites, eczémas…. Psoriasis.
  • Feu du CŒUR et l’anxiété, une forme d’insomnie. Associé au Vide de Yin : transpirations nocturnes …

Yllae FEU MTC maladies

Puisque la poésie n’est jamais très loin de la littérature en Médecine Chinoise, en hommage au grand poète qui vient de nous quitter (Jacques Higelin), je vous livrerai :

  • Le FEU engendre le vent et ses tremblements
    • Une montée de yang du Foie, comme le feu du cœur entraient des palpitations inconfortables
    • Parkinson relève du vent du Foie
  • Le FEU engendre des excès et les excès « l’HYSTERIE » engendre le feu
    • « Mesurer vos emballements, même s’ils sont trop bons », ils peuvent vous mener au tombeau

Yllae FEU MTC joie

Vous comprendrez peut-être mieux ce flatteur attribut de « MEDECINE HOLISTQUE » que l’on prête à la médecine traditionnelle chinoise.

Tout est relié et tout est concerné : le corps, l’environnement avec ses climats, notre mental et ses émotions. Toutes ces intrications vont mener la danse de la SANTE tant convoitée ou de la MALADIE tant crainte.

« Qu’il est doux de penser que le Chef d’orchestre de ce bel équilibre souhaité s’appelle MOI. Notre corps est notre maison et nous devons tout faire pour la conserver dans le meilleur état possible. Il me semble que c’est notre 1er devoir ».

Un grand merci à Catherine pour ce nouvel éclairage sur la Médecine Traditionnelle Chinoise.  Si cet article vous donne envie d’en savoir plus sur son travail, retrouvez la sur son site https://coherencesblog.wordpress.com/ , sur Facebook (Cohérences – Cabinet de médecine chinoise) ou à son cabinet : COHERENCE(S) – Catherine MARION – « Mon corps est ma maison » 36, rue Villars – 03000 MOULINS – 06 75 75 24 94

 

FEU – L’immensité de l’espace – Feng Shui

Par Sandrine BESSON, consultante en Feng Shui classique

Yllae cycle 5 éléments FEU Feng Shui

Le Feng Shui est un moyen de faire connaissance avec les énergies qui nous entourent dans un bâtiment, mais pas seulement.

C’est un outil parmi d’autres pour nous permettre d’entrer en connexion avec nous-mêmes au moyen de notre environnement. Le Feng Shui n’est pas une recette facile pour réussir notre vie, mais plutôt une sorte de mode d’emploi pour nous inviter à nous poser des questions sur ce qui nous entoure, et sur l’équilibre délicat qu’est notre vie, jour après jour.

Comment intervient le Feu, et que nous dit-il ?

Le Feu correspond à une seule étoile volante, la 9 « l’ange de la vigueur ».

L’étoile 9 est d’un abord favorable. C’est une énergie féminine, énergique, lumineuse, pétillante et spirituelle. En excès, elle apporte instabilité, trop d’importance apportée au paraître, et un côté incendiaire, avec une débauche d’énergie insouciante des conséquences.

Dans quels cas avons-nous besoin de Feu en Feng Shui ?

Lorsque nous avons un excès de Bois.

Le Bois en excès, c’est une perte d’énergie par dispersion, trop de choses démarrées sans discernement réel, une multiplication des efforts nécessaires sans prendre le temps de distinguer les priorités. Or le Bois produit le Feu dans le cycle des éléments, et ajouter du Feu permettra de supprimer le bois en excès pour apporter de la clarté, et un nouveau point de vue.

Lorsque nous manquons de Terre, ou que la Terre est affaiblie.

Le Feu produit la Terre dans le cycle des 5 éléments. Ajouter du Feu permettra de nourrir la Terre, pour nous donner une meilleure stabilité, un ancrage plus fort, une assise plus résistante pour mener à bien nos projets.

Lorsque le Métal est indiscipliné.

L’énergie Métal est une énergie de tri, de choix, pour trancher et élaguer le superflu. Trop de Métal peut créer des blessures, supprimer plus que le superflu, et trop en force. Là aussi, un peu de Feu permettra d’adoucir le Métal pour que les choix se fassent avec plus de discernement et de sérénité.

Yllae FEU Feng Shui

Comment ajouter du Feu ?

En ajoutant des formes triangulaires, pyramidales, des couleurs : orange, rouge, des matières : bougies, flammes, lumières (même artificielles), des matières « cuites » (briques, poteries…), les matières issues d’animaux à sang chaud (cuir, laine…), tout ce qui est issu des produits pétroliers (matières synthétiques, plastiques…).

Comment supprimer du Feu ?

En limitant les éléments cités dans le paragraphe précédent.

En augmentant les éléments Terre (formes rectangulaires horizontales ou carrées, couleurs : jaune, ocre). La matière Terre, en ajustant aux autres paramètres : des objets en terre crue, type carreaux de sol, poteries, objets en pierre si vous avez besoin de Yin, un sablier, des mobiles en terre crue si vous avez besoin de Yang.

En limitant les éléments Bois (formes rectangulaires verticales, couleurs : bleu, vert, la matière bois (plantes, mobilier, objets, papiers…)…).

Pour en savoir plus sur les matières, formes et couleurs des 5 éléments, vous pouvez lire les articles dédiés.

Feng Shui couleurs matières Yllaé

 

FEU – La connaissance du ciel – Ba Zi

Par Adèle Dionne, formatrice et consultante en Feng Shui Traditionnel

Le Feu en Ba Zi

Si vous désirez connaitre votre Maitre du Jour et les 4 piliers de votre thème énergétique Ba Zi, je vous invite à vous connecter à mon site web et à m’envoyer votre date de naissance, jour, mois, année et heure si connue. Ce sera ainsi beaucoup plus intéressant et vous pourrez mieux apprécier cet article.

Le Feu est bien sûr synonyme de chaleur, de passion mais aussi d’élégance et de beauté. Le Feu c’est l’été, le soleil  au zénith, tout pousse et atteint la maturité.

Le Feu nous marque par sa générosité, sa lumière. C’est l’élément yang par excellence.

YLLAE feu Ba Zi

Les signes chinois du Serpent, du Cheval et de la Chèvre sont gouvernés par le Feu et forment la saison d’été.

Vous trouverez du Feu dans le tronc du pilier de votre année de naissance si vous êtes nés dans une année se terminant par 6 ou 7, par exemple 1976 ou 2007.

Quelle est l’essence du Feu en Ba Zi ?

Lorsque l’on analyse un thème de naissance, on cherche à l‘équilibrer et l’harmoniser. Le Bois nourrit le Feu mais si le Feu est faible et le Bois abondant, il éteindra le Feu. Le Feu produit la Terre mais trop de Terre étouffera le Feu. Trop de Feu en contrepartie, brûlera la Terre et l’empêchera de produire. Un Feu prospère n’aura aucune crainte de l’Eau car le Feu se transformera en vapeur, nous aurons ainsi un équilibre mais si le Feu est faible, un apport d’Eau pourra l’éteindre. Comme vous le constatez, l’équilibre est fondamental.

Parfois, on constate un déséquilibre important du Feu, soit il est absent ou très faible,  il faudra alors l’introduire dans notre vie en « l’agissant », c’est-à-dire en posant des gestes dans la vie de tous les jours pour restaurer cet équilibre. Par exemple, un manque de Feu pourrait amener une lacune au niveau de la communication avec les autres ou une timidité excessive. Ce pourrait être aussi un manque de passion, d’énergie. Il faut alors prendre le taureau par les cornes et faire des efforts pour communiquer, apprendre l’art du discours en public ou le théâtre, rire, danser. Cela sera certainement difficile au départ mais une insuffisance de Feu peut se manifester par un terrible manque de confiance en soi et en ses capacités…

On peut aussi choisir une profession, un travail ou un métier qui corresponde à ces éléments. Le Feu possède un mouvement ascendant qui peut être associé à la spiritualité. Donc les domaines métaphysiques (astrologie chinoise ou occidentale, le Feng Shui et ce qui se situe dans cette veine), ce qui est lié à la rapidité (l’électricité, la fibre optique), les arts, l’expression corporelle, la politique, le journalisme, le design, la décoration, le domaine militaire (les armes à feu), l’aviation (les avions comme moyen de transport rapide). Les professions en rapport avec la haute couture, le mannequinat.

Si le Feu est votre Maitre du Jour, il sera yin ou yang et s’exprimera donc très différemment.

Le Feu yang :

L’image qui y est associée : le soleil. Il n’a besoin d’aucun combustible pour briller. Le seul élément qu’il redoute est l’Eau yin (les nuages qui en cachent la splendeur et éclipsent sa lumière.)

Il est donc indépendant ! Généreux mais il aime être le centre de l’attention, sinon il est malheureux…  Très créatif et charismatique. L’argent n’est pas son facteur motivant, il veut sincèrement opérer un changement et aider. Il est plein d’énergie (rare sont les Maitre du Jour Feu qui n’en ont pas, peut-être certaines personnes nées en hiver- l’Eau les affaiblit) et de passion et cherche toujours à aider. Son enthousiasme est tellement débordant par moment qu’il fatigue parfois les gens… C’est un optimiste qui se laisse souvent guider par ses émotions. Comme le soleil se lève toujours à l’Est et se couche à l’Ouest, le Maitre du Jour Feu yang aime la routine et pourrait être résistant au changement. Les enfants Feu yang ont particulièrement besoin d’être exposés à une routine inspirante, et positive car elle laisse une empreinte importante. Si les activités ont été négatives (drogues, crimes mineurs ou croyances négatives) elles seront portées à l’extrême au fil de la vie.

L’aspect négatif de ce Feu : comme il est rapide, il saute souvent aux conclusions trop hâtivement, avec un minimum d’informations. Ceci en fera la proie de personnes malintentionnées, de « bons vendeurs » qui abuseront de sa naïveté. Il peut aussi être parfois très entêté et ne sait pas où mettre les limites.

Le Feu yin :

Imaginez le feu d’une chandelle. Ces personnes sont aimables, raffinées et polies, sous cette braise, vous découvrirez quelqu’un qui aime s’amuser et qui est très vivant. Comme la flamme, il aime guider, inspirer. C’est un grand motivateur.

Il est loyal et dévoué à tel point qu’il fait passer les désirs des autres avant les siens.

Du côté plus négatif, comme la flamme peut s’éteindre soudainement, il peut passer du calme à l’agitation et à la colère. Ses humeurs sont très changeantes, et il est impulsif. Il se décourage rapidement devant les échecs ce qui lui concède une certaine fragilité.

Contrairement au Feu yang, il est très minutieux et accorde de l’importance aux détails. Il sonde et investigue toutes les possibilités. Il est ouvert aux idées nouvelles mais sera critique si les idées ne sont pas appuyées par la preuve.

La mère est très importante pour lui.

Le Feu régit certains organes : le cœur (Feu yin) et le petit intestin (Feu yang).

A ces organes correspondent une horloge biologique : entre 11 heures et 13 heures : le cœur, la période où l’on se remplit d’énergie et entre 13 heures et 15 heures l’intestin grêle, la période de la digestion.

Le cœur est également connecté à la clarté mentale, à la mémoire et même au discours. Un déséquilibre peut mener au bégaiement ou au contraire à un débit trop rapide et excessif. Il est aussi lié à la joie, l’enthousiasme.

Un excès de Feu peut mener à de l’anxiété, à des palpitations, de l’insomnie et à une grande sensibilité à la chaleur. Par opposition, peu ou pas de Feu causera un manque d’énergie, de l’inertie, de la dépression, une sensation de froid, un manque de libido et une personne encline aux addictions.

Les cinq éléments cèdent à tour de rôle la place au prochain. Le Feu ne peut maintenir sa chaleur indéfiniment et laissera place à l’élément de transition vers l’automne, la Terre.  Donc, à la prochaine pour la découverte de l’élément Terre !

Un grand merci à Adèle pour ce nouvel éclairage sur l’univers du Ba Zi et de son influence sur notre personnalité.  Si cet article vous donne envie d’en savoir plus sur sa manière de travailler avec les énergies, retrouvez la sur son site http://www.fengshui-traditionnelchinois.fr/.

 

Pour conclure cet article sur le FEU

Yllae 5 éléments FEU regards croisés

J’espère que cette visite dans l’univers du Feu vous a plu, et qu’elle vous a donné envie de plonger un peu plus dans l’univers des 5 éléments.

Je remercie vivement Adèle, Catherine, Marie Noëlle et Ciope pour leur participation à ce projet et leur partage.

Pour continuer cette série, retrouvez nous prochainement pour la suite de ces regards croisés et la fin du cycle des 5 éléments avec la Terre…. 

Yllae 5 éléments TERRE PG

Crédit photos : Marie Noëlle Guyot pour ses créations, Catherine Marion pour la Médecine chinoise, Pixabay et Yllaé Sandrine Besson pour les autres visuels, montages Yllaé Sandrine Besson.

Recherches utilisées pour trouver cet article :mots croisés animé par un feu interieur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.